L'orientation avec la clientèle émergente

jeudi 13 septembre 2012

Intervenir auprès d'étudiants en situation de handicap, en quoi est-ce différent ?

Plusieurs de mes collègues conseillers d'orientation s'interrogent sur l'éventuelle croissance d'une population étudiante ayant des troubles et besoins particuliers. Certains s'inquiètent de manquer de temps, d'autres, de ressources et d'information pour bien intervenir auprès de ces clients. Afin de nous entraider, voici une premier billet qui a pour but de susciter la réflexion et l'échange.

Premièrement, en quoi est-ce différent d'intervenir auprès d'une telle clientèle ? Selon mon expérience, il y aurait 3 grandes catégories de démarches d'orientation que j'effectue avec les étudiants en situation de handicap.

1) Celles pour lesquelles il n'y a pas de différence. Comme tous les autres clients, les étudiants en situation de handicap sont uniques, ont des ressources, des limites et une personnalité qui leur est propre. Ils s'engagent dans une démarche d'orientation avec l'espoir de trouver une solution et font les efforts nécessaires. Ce sera notamment le cas de la majorité des étudiants qui ont un trouble d'apprentissage (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie). Ils devront évidemment s'assurer de choisir un parcours scolaire qui leur convient et de se doter de mesures pouvant les aider à réussir, sans que leur choix vocationnel n'en soit plus complexe.

2) Il y a des démarches d'orientation se vivent de la même manière qu'avec les autres étudiants, mais les options d'études ou de carrière nécessiteront des adaptations. C'est le cas notamment des étudiants ayant des limitations fonctionnelles, ayant différents problèmes neurologiques ou difficultés situationelles.

3) Enfin, il y a des démarches d'orientation qu'on doit complètement remodeler. Les étudiants avec lesquels cette réalité est la plus frappante sont les étudiants qui ont un trouble du spectre de l'autisme, pour lesquels la façon d'être en relation est très différente. Aussi, les étudiants qui ont un trouble de santé mentale n'auront souvent pas le niveau d'énergie ou de disponibilité affective pour faire une démarche d'orientation que j'appelle classique. De prime abord, la première chose qui change est le temps. Ces démarches sont beaucoup plus longues et évoluent à un rythme beaucoup plus lent, avec de fréquents retours en arrière.

C'est donc à propos de ces derniers étudiants et plus spécifiquement ceux ayant un trouble du spectre de l'autisme que je vous écrirai dans un prochain billet. D'ici là, j'attends vos questions et commentaires à propos de cette clientèle de plus en plus présente dans nos collèges et qui, bonne nouvelle, réussit très bien au collégial.

À bientôt !
Émilie Robert, c.o.

1 commentaire:

  1. Article intéressant sur Orientation pour tous ESSAI EN LIGNE : L'ORIENTATION AUPRÈS DES CLIENTÈLES TDA/H ... SELON MYRIAM FAUVEL http://orientationpourtous.blogspot.ca/2012/09/essai-en-ligne-lorientation-aupres-des.html

    RépondreSupprimer

Utilisez votre compte Google ou autre, autrement prenez Anonyme mais identifiez-vous dans votre message en écrivant votre nom suivi de votre courriel.